Comment affronter le stress de la rentrée? | #2 L’auto-massage

Comment affronter le stress de la rentrée? | #2 L’auto-massage

Emploi du temps surchargé, pression au bureau, gestion de sa vie perso, pollution, agressivité du monde qui nous entoure… Quel que soit le moment de l’année, notre quotidien n’est pas toujours très rose et on ne se rend pas toujours bien compte du stress et de la charge émotionnelle que l’on accumule.

Tout au long de cette semaine, je vous donne toutes mes astuces pour mieux gérer le stress de cette période souvent compliquée de l’année. Aujourd’hui, je vous montre comment vous relaxer en quelques gestes ultra simples à réaliser n’importe où, n’importe quand… ou presque (c’est à vous de voir !).

Mais alors que faire, lorsque le stress devient ingérable et que même des douleurs commencent à se faire ressentir dans tout le corps? On entend de plus en plus souvent parler de médecines douces, de médecines alternatives ou non conventionnelles, comme la sophrologie, la chiropractie, l’ostéopathie, l’EMDR… Mais, on parle moins de kinésiologie, pourtant mise au point dans les années 60, aux États-Unis. Loin d’être un effet de mode, cette pratique connaît un véritable essor depuis quelques années grâce au bouche à oreille.

Dans le cadre de cette thématique sur le stress de la rentrée, j’ai rencontré Sandra de Benoist dans son cabinet à Puteaux.

Sandra, vous êtes kinésiologue. En quoi est-ce que cela consiste?

Excellente question à laquelle il est difficile de répondre rapidement ! La kinésiologie est une méthode naturelle qui vise à accompagner la personne vers un meilleur équilibre global, ne dissociant pas le corps du mental. Elle fait le lien entre physiologie, énergétique chinoise et neurosciences.
Être kinésiologue c’est faire appel à la mémoire du corps – lui même reflet de l’inconscient – pour soulager des tensions ou dysfonctionnements physiques, psychiques, comportementaux ou émotionnels. C’est également utiliser le test musculaire pour écouter le corps de la personne qui vient consulter, et se laisser guider par ce corps qui connaît à la fois ses limites, ses besoins, mais aussi ses ressources et ses priorités. C’est enfin, permettre à l’autre de soulager des troubles physiques ou psychiques, de dépasser des freins ou limites dans son épanouissement global, d’explorer son histoire personnelle sous un nouvel éclairage, ou encore de mieux gérer le stress et les émotions.

La kinésiologie répond parfaitement à cette situation qui vous parlera peut-être : « Il y a cette petite chose, cette douleur, ce comportement, cette émotion avec laquelle / lequel je vis ; je m’y suis habitué, je me suis adapté, je le gère, mais en réalité si je pouvais vivre sans, m’en débarrasser, je serai soulagé, je me sentirai certainement mieux ! »

Avec le temps, avez-vous constaté une montée de stress chez les gens? Y-a-t-il des périodes au cours de l’année où les pics de stress sont plus présents?

L’intensité et l’expression du stress se sont nettement accrues ces dernières décennies. J’ai le sentiment que la pression de parvenir à un équilibre global (vie privée, intérêt du travail, finances) est de plus en plus forte car il semble plus accessible dans nos sociétés d’ultra-consommation, d’immédiateté et de surexposition. Il y a malheureusement beaucoup de désillusions et déceptions sur ce point. Les codes et objectifs de nos sociétés actuelles sont au contraire déclencheurs de pressions et de stress excessifs. Les évènements tragiques vécus en Europe ces dernières années participent évidemment à la montée du stress ambiant.

Les périodes de l’année les plus propices aux pics stress sont :

  • la rentrée qui est souvent synonyme de changements, de nouveaux challenges (choisis ou subis), et de questionnements personnels. L’énergie déployée pour faire face à tout cela est très importante d’où la nécessité de se recharger profondément avant.
  • l’hiver qui sollicite beaucoup l’organisme, le fatigue et le rend moins résistant aux émotions, pressions.
  • Les sur-sollicitations sociales et financières de la période de Noël sont aussi un gros déclencheur de stress.

Quels conseils pouvez-vous nous donner pour affronter la rentrée, plus sereinement?

Pour une rentrée sereine, il faut se donner des objectifs personnels clairs et atteignables ; faire du sport, du yoga, de la méditation qui ont fait leurs preuves pour régénérer les ressources du corps ; manger sainement sans se priver de petits plaisirs bien mérités ; prendre du temps pour soi ; et recharger les batteries de la confiance en soi en commençant par exemple chaque journée avec des petites phrases « feel good » du type « j’ai la capacité de me faire du bien aujourd’hui », « untel a confiance en moi, je peux avoir confiance en moi », « un moment de gêne est vite passé », « je suis fier d’avoir accompli… », etc.

Mais avant tout, il faut évidemment consulter un kinésiologue pour commencer l’année du bon pied !

On le sait, la rentrée scolaire est toujours une période importante de l’année quand on est parent et assez stressante pour l’ensemble de la famille, notamment les enfants. Quelles astuces leur donneriez-vous pour mieux gérer mieux appréhender ce moment?

Pour aider les enfants à mieux gérer le stress et les angoisses de la rentrée, je recommande à tous les parents de partager leur expérience personnelle en tant qu’enfant, leurs propres angoisses ou joies au même âge ou dans une situation similaire dont ils ont connaissance. Il faut ensuite leur expliquer comment on a dépassé ces difficultés ou comment on aurait aimé pouvoir le faire, lui demander d’imaginer des solutions qui pourraient l’aider à son tour.
L’important est de ne pas minimiser le ressenti de l’enfant et lui dire qu’il en ressortira plus fort, qu’il apprend des choses essentielles de la vie. Il ne faut surtout pas réprimer sa nervosité sans lui préciser que l’on comprend d’où elle vient.

Il sera également très bénéfique de faire des exercices de respiration avec l’enfant. Ce sera l’occasion de lui expliquer que toute la famille vit cette période particulière de façon unie et que tout le monde bénéficiera de ces exercices.

Les exercices de « respiration consciente » sont simples et efficaces, comme par exemple, répéter pendant quelques minutes des phases d’inspiration et d’expiration de 5 secondes chacune.
Enfin, une méthode est assez efficace pour soulager les pics de stress et d’angoisse : il s’agit de faire exprimer à l’enfant comment le corps signale son stress, lui faire prendre conscience des zones du corps qui subissent le trouble, et lui faire verbaliser avec ses mots ce qu’il ressent physiquement. On peut lui dire d’amener l’air qu’il inspire sur cette zone.
Cette simple concentration sur son ressenti physique peut atténuer très rapidement les symptômes et lui permettre de les dépasser.

Sandra de Benoist – Kinésiologue

97, avenue de la République
92800 Puteaux

06 03 02 07 28 – sdb.kinesio@gmail.com

Commentaires

Fermer moi
Vous recherchiez quelque chose?
Rechercher:
Catégories des articles: